Actualités

Plan de gestion cynégétique du sanglier 2016-2017 : un renforcement significatif des mesures

 
 
Chasseur fusil sur l'épaule

L’arrêté préfectoral approuvant le plan de gestion cynégétique pour le sanglier a été pris par le préfet de Haute-Garonne le 6 juin 2016. Cet arrêté vise à renforcer le contrôle des populations de sangliers pour réduire les risques d’accidents de la route et les dégâts, en particulier agricoles, que peuvent occasionner des populations trop importantes.

L’évolution des populations de sangliers

Les populations de sangliers sont en constante augmentation en Haute-Garonne depuis les années 1970. Cette augmentation des densités s’est accompagnée d’une augmentation des collisions avec des véhicules, des dégâts occasionnés aux cultures, et l’apparition d’animaux à proximité des habitations y compris en milieu urbain.

Les prélèvements réalisés par les chasseurs sont en constante augmentation, avec 1500 animaux prélevés en 1996, le double en 2000, le seuil des 4000 ayant été franchi en 2014 et plus de 5000 prélèvements ayant été atteints en 2015.

 Les mesures prises depuis 2007

Un plan de gestion cynégétique a été instauré en Haute-Garonne en 2007. Ce plan a découpé le département en 20 unités de gestion au sein desquelles une gestion concertée est organisée.

Les communes où se concentrent les dégâts sont classées en points particulièrement impactés ; dans ces communes les associations communales de chasse agréées sont tenues de supprimer toutes les mesures restrictives relatives à la chasse au sanglier (jours de chasse, prélèvements ou modes de chasse…).

Le prélèvement de sangliers est autorisé dans les réserves de chasse et de faune sauvage, à raison de 3 interventions maximum par mois

Le renforcement des mesures prévues dans le plan de gestion pour 2016-2017

 Le préfet de la Haute-Garonne a souhaité renforcer les mesures suivantes :

  •  le nombre de communes classées en points particulièrement impactés passe de 29 à 34.
  •  l’organisation de battues est autorisée dès le 1er août au lieu du 15 août auparavant. Cette mesure est destinée à augmenter la pression de chasse sur cette espèce et à permettre aux associations communales de chasse agréées d’intervenir très rapidement si des concentrations d’animaux à cette période étaient observées.