Actualités

Installation de la commission départementale de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle

 
 
Photo de la réunion salle Bidou à la préfecture

Pascal Mailhos, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne, a installé, ce vendredi 24 novembre, à Toulouse, la commission départementale de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle.

Au cours de cette journée, ont été présentés, dans le contexte du département de la Haute-Garonne, le rôle et les missions de la commission départementale, les nouveaux dispositifs créés par la loi de 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et l’accompagnement des personnes qui en sont victimes.

Un engagement de l’État contre la prostitution et l’exploitation sexuelle

La prévention et la lutte contre la prostitution constitue une préoccupation à part entière des politiques publiques de lutte contre les violences faites aux femmes.

Elle figure à ce titre dans le 5e plan interministériel de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes (2017-2019) qui décline trois objectifs dans ce domaine :

  •  mettre en place le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle pour accompagner les victimes,
  •  prévenir l’achat d’actes sexuels,
  •  condamner les acheteurs d’actes sexuels.

Une mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés

Les 19 membres désignés de la commission départementale représentent l’État et ses services, les collectivités territoriales, le Procureur de la République, le représentant de l’ordre des médecins, et deux associations agréées qui interviennent dans l’accompagnement des prostituées.

Grâce à une coordination des acteurs renforcée, cette commission constitue le lieu privilégié du suivi des orientations stratégiques de la politique départementale de lutte contre le proxénétisme et la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle.

Elle met également en place le parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle pour accompagner les victimes de tels actes.

Un parcours de sortie reposant principalement sur un accompagnement vers le droit commun

 Le parcours de sortie de la prostitution est un accompagnement social, basé sur un projet d’insertion sociale et professionnelle, élaboré par une association référente avec la personne concernée à l’issue d’une évaluation de ses besoins sanitaires, sociaux et professionnels.

Il s’agit de proposer un accompagnement global de la personne en fonction de ses besoins : logement, hébergement, accès aux soins, accès aux droits, action d’insertion sociale et professionnelle.

C’est pourquoi l’ensemble des partenaires institutionnels et associatifs sont mobilisés.